Jean Pierre MAGGI – Le BLOG

Difficultés rencontrées par les réseaux d’aide spécialisée aux élèves en difficulté

Le 11 janvier, j’ai posé une question orale à la Ministre de l’Education nationale sur les difficultés rencontrées par les réseaux d’aide spécialisée aux élèves en difficulté (RASED), dans le cadre du débat parlementaire sur la politique en matière d’éducation.

« Madame la ministre,

La loi dispose que « l’éducation est la première priorité nationale » et qu’elle « contribue à l’égalité des chances ». Pour autant, l’école ne peut pas tout. Vous écriviez vous-même en 2014 que  » les élèves ne sont pas à égalité devant la réussite scolaire  »  avant d’ajouter que « le poids des origines sociales est trop lourd ». Ce diagnostic est également posé par le classement PISA, qui met en évidence de façon constante la corrélation forte, dans notre pays, entre inégalités sociales et inégalités scolaires.

Il faut donc des outils d’ajustement supplémentaires : les réseaux d’aide spécialisée aux élèves en difficulté (RASED) en sont un exemple. Ils sont pourtant dans une situation préoccupante, en particulier dans les Bouches-du-Rhône.

Les psychologues scolaires, maîtres d’adaptation et rééducateurs employés en leur sein sont au contact des élèves les plus en difficulté, préviennent la violence et luttent contre le décrochage. Ils apportent une aide précieuse aux enseignants, parfois démunis face aux difficultés de certains élèves. Ils sont aussi un trait d’union entre les familles et l’institution scolaire.

Les RASED ne se sont pas remis de la politique éducative de la majorité précédente : entre 2007 et 2012, leurs effectifs ont diminuée d’1/3, passant de 15 000 à 10 000 !

Dans les Bouches-du-Rhône, les postes au sein des RASED ont été divisés par 2 depuis 1995 et les postes de rééducateurs ont TOUS été supprimés !

Le travail des RASED a pourtant été salué par deux grandes institutions de notre République : il y a deux ans, la Cour des comptes indiquait que leurs activités « commençaient à être bien intégrées dans les pratiques ». Quant au Sénat, il produisait un rapport d’information en 2013 recommandant de « donner aux RASED les moyens de leurs missions ».

Fier d’appartenir à une majorité qui a remis l’éducation au centre des politiques publiques de la Nation depuis 2012, je souhaite cependant vous questionner sur cette situation préoccupante et sur les moyens que vous mettrez en œuvre pour renforcer la présence des RASED dans les écoles, en particulier dans les Bouches-du-Rhône.

Je vous remercie. »

Retrouvez la vidéo de mon intervention.

Laisser un commentaire