Jean Pierre MAGGI – Le BLOG

Bilan global 2012-2017 de ma mandature

Fidèle aux engagements que j’ai pris vis-à-vis de vous et de mon regretté ami Olivier FERRAND, je tiens à vous rendre compte du mandat de député que vous m’avez confié il y a 5 ans et qui s’achèvera le soir du second tour des élections législatives, le 18 juin prochain. 

L’élu local que je suis a dû trouver ses marques à l’Assemblée nationale. Fort heureusement, il m’a été remis dès mon arrivée un ouvrage destiné aux primo-députés, intitulé « Manuel de survie à l’Assemblée nationale » ! Rétrospectivement, cela n’augurait rien de bon mais il m’aura été fort utile pour comprendre les rouages et les codes de la Chambre basse, me permettant de défendre au mieux les intérêts des habitants de notre territoire.

J’ai découvert, à l’Assemblée, que les députés sont loin d’avoir les pouvoirs que la population, souvent, leur prête. L’alignement quasi-systématique de la majorité sur la ligne politique gouvernementale, le trop grand nombre de parlementaires, le poids considérable de l’exécutif dans la fixation de l’ordre du jour de nos travaux, sa faculté à faire adopter des textes sans vote sont autant de nuisances à la souveraineté populaire théoriquement exercée par les députés au nom du peuple… Voilà des pistes sérieuses et raisonnables de réformes institutionnelles pour la prochaine mandature !

En dépit de ce contexte, je me suis battu pour mes concitoyens, pour ma circonscription, ce qui a parfois exigé que je m’élève contre mon groupe politique (socialiste), mais aussi contre certains membres du gouvernement. J’ai notamment en mémoire la manière assez irrespectueuse et cavalière avec laquelle la ministre de la décentralisation nous avait imposé la métropole, sans concertation avec les élus locaux. A cet effet, j’ai quitté le groupe socialiste suite à ses propos.

Mon intégration au groupe politique RRDP (Radical, Républicain, Démocrate et Progressiste) en janvier 2015 a changé la donne. Ce groupe de 18 députés est ouvert à la discussion et à la confrontation d’idées. Les députés n’y sont soumis à aucune consigne de vote, chacun s’exprimant en son âme et conscience, avec le souci de répondre au mieux aux enjeux de son territoire.

Comme vous pourrez le découvrir au sein de ce résumé non-exhaustif de mon activité, ce changement de groupe m’a permis d’avoir enfin accès aux outils mis à la disposition des groupes parlementaires et des députés. J’ai ainsi pu m’investir pleinement et engager un travail bien plus intense : proposer ou cosigner des amendements et des textes de lois, animer des conférences de presse, des groupes d’amitié bilatéraux, des groupe d’étude thématiques, multiplier les interventions orales dans l’hémicycle et les questions écrites aux ministres.

J’ai aussi eu à cœur, bien entendu, de porter les dossiers structurants de ma circonscription et de faire remonter au niveau national, jusque dans les bureaux feutrés des ministères, les préoccupations des habitants de mon territoires, que j’ai eu l’honneur de servir pendant 5 ans.

Retrouvez mon bilan global en PDF.

Laisser un commentaire