Jean Pierre MAGGI – Le BLOG

Question au gouvernement sur l’Etang de Berre et le Canal du Rove

Le 21 février, j’ai posé une question au gouvernement sur l’Etang de Berre et le Canal du Rove. 

La Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie s’est engagée à missionner sans délai le préfet pour mener de nouvelles réunions entre les différents acteurs impliqués (élus locaux, Grand Port Maritime de Marseille pour la maîtrise d’ouvrage, l’Agence nationale de l’eau), de manière à arrêter un prix précis des travaux à mener pour la réouverture du tunnel du Rove à la circulation de l’eau.

Elle s’est par ailleurs engagée à diligenter, dès la semaine prochaine, une inspection générale ayant pour but d’établir sa propre estimation du coût financier de ce chantier et à effectuer un déplacement dans les prochaines semaines, sur les rives de l’Etang de Berre, pour annoncer la décision finale de l’Etat concernant ce dossier.

Je suis satisfait de voir que la Ministre soutient non seulement la candidature de l’Etang de Berre à une classification au patrimoine mondial de l’UNESCO mais aussi le principe d’une réouverture prochaine du tunnel à la circulation de l’eau.

L’aboutissement de ce dossier serait plus qu’un hommage aux milliers d’ouvriers qui ont travaillé sur ce chantier titanesque il y a un siècle, plusieurs d’entre eux y laissant la vie. Cela marquerait le début d’une renaissance de cette gigantesque mer intérieure qui fait notre fierté collective et les prémisses d’une réappropriation de ce vaste espace par l’homme et la nature, après des décennies de pollutions et de désalinisation.

Retrouvez ci-dessous le texte de ma question au gouvernement : 

« Ma question s’adresse à la ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer.

La France comptera peut-être bientôt un joyau naturel supplémentaire sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Un dossier est en train d’être constitué par mon collègue et ami Gaby Charroux, maire de Martigues, pour reconnaitre le caractère exceptionnel de l’étang de Berre, dans les Bouches-du-Rhône. Cette gigantesque mer intérieure est le plus grand étang salé d’Europe, vaste comme une fois et demie Paris.

Il faudra, pour cela, lever les blocages et affirmer une volonté politique afin de réhabiliter cet espace abîmé par l’Homme : les pollutions engendrées depuis des décennies par l’industrie pétrochimique, l’explosion démographique et surtout les rejets massifs d’eau douce et de limon par la centrale EDF de Saint-Chamas.

La réhabilitation de l’étang permettrait le rétablissement des équilibres fragiles de la biodiversité. Elle emporterait aussi, avec elle, l’amélioration du cadre de vie des habitants et l’essor des activités de pêche et de tourisme. Des milliers d’emplois peuvent être créés. A l’heure où l’industrie connaît un repli, ce n’est pas anodin.

Un dossier, bloqué depuis 15 ans, pourrait constituer une avancée décisive dans la reconquête de l’étang. Il s’agirait de rouvrir à la circulation de l’eau le tunnel du Rove, qui relie l’étang à la mer Méditerranée, depuis la rade de Marseille. En 2013, l’Etat et les collectivités locales ont acté le financement à parts égales de ce projet d’environ 8 millions d’euros. Mais trois ans plus tard, le maître d’ouvrage désigné par l’Etat faisait connaître une étude de faisabilité qui triplait la note !

Il serait bon aussi de faire avancer la déviation des eaux de la centrale hydroélectrique de Saint-Chamas.

Les élus de mon département attendent du gouvernement des impulsions fortes de nature à faire avancer ce dossier d’intérêt national et à lever les blocages, la lourdeur des procédures et l’immobilisme auxquels nous sommes confrontés depuis trop longtemps.

Je vous remercie. »

Visionnez mon intervention dans l’hémicycle et la réponse de la ministre dans cette vidéo :

Laisser un commentaire